Imprimer

Historique

Les origines géologiques

historique-caveD’anciennes carrières de calcaire grossier, exploitées entre le XIIIe et le XVIIIe siècle pour fournir les pierres de taille nécessaires aux constructions de la capitale, servent aujourd’hui de cadre au Musée du Vin. Ce calcaire caractérise un étage géologique universellement connu sous le nom de Lutécien (de Lutèce, ancien nom de Paris) situé ici à 37 m 80 au-dessus du niveau de la mer. 
Les galeries du Musée ont été creusées dans la partie inférieure de cette couche géologique, selon la technique des piliers tournés, c’est-à-dire en laissant des piliers régulièrement espacés pour soutenir le ciel. Des murs en maçonnerie ont été édifiés, notamment au XIXe siècle, pour consolider ces galeries. Le calcaire s’est formé par accumulation, au fond de la mer chaude qui recouvrait la région il y a 45 millions d’années, de coquillages dont les fossiles sont encore visibles à certains endroits (mollusques bivalves ou à coquilles allongées). Le puits que l’on peut voir à l’entrée du Musée témoigne de l’existence de nappes phréatiques parfois jaillissantes. Diverses sources d’eau minérale furent en effet découvertes dans ce quartier de Passy entre le milieu du XVIIe siècle et 1754 (d’où le nom donné à la rue des Eaux).
Jugées ferrugineuses et laxatives, les eaux de Passy furent exploitées jusqu’au Second Empire, mais c’est surtout au XVIIIe siècle qu’elles furent le plus en vogue, attirant de nombreux curistes de la bonne société parisienne, des gens de lettre et des artistes.

Les celliers du couvent des Minimes

historique-couventAménagées dans les anciennes carrières, trois salles voûtées, aujourd’hui réservées à la restauration, furent utilisées au XVIe et au XVIIe siècle par les Frères de l’Ordre des Minimes du Couvent de Passy qui y entreposaient leur vin.
L’histoire du couvent remonte à sa fondation en 1472 par François Martorille (1436-1507), canonisé sous le nom de Saint François de Paule. Cet ermite calabrais, réputé comme thaumaturge, fut appelé au château du Plessis-les-Tours, sur la Loire, par le Roi Louis XI en 1475 et autorisé à implanter son ordre en France. 
Le couvent, dont la construction commença en 1493, fut soutenu et enrichi par la reine Anne de Bretagne. Situé le long de l’actuelle rue Beethoven, il était entouré de jardins en terrasses bordant la Seine, mais aussi de vergers et de vignes sur les flancs du coteau.
De ces vignes, dont la rue Vineuse et la rue des Vignes nous rappellent aujourd’hui l’existence, les Frères produisaient un joli vin clairet que le roi Louis XIII aimera boire au retour de ses chasses au Bois de Boulogne.
Le couvent fut désaffecté à la Révolution et ses bâtiments détruits.

Le Conseil des Echansons de France

historique-confrerieRéhabilités après 1950, les anciens celliers servirent un temps de caves au restaurant de la Tour Eiffel avant de devenir le Musée du Vin, propriété depuis 1984 du Conseil des Echansons de France. Cette Confrérie, créée en 1954, a pour vocation de défendre et de promouvoir les meilleures appellations viticoles de nos terroirs. 
Dans ce but, elle organise en France, à l’étranger et ici même, dans ce Musée, de nombreuses manifestations de prestige. Elle rassemble à travers le monde plusieurs milliers de professionnels et d’amateurs qui veillent au maintien du savoir-faire et de la qualité qui font la renommée universelle des vins français.